Livraison offerte dès Fr. 300 d'achat ou 18 bouteilles, sinon Fr. 15

Italie

Italie

La viticulture en Italie remonte à la plus haute Antiquité. Les Romains, et avant eux les Étrusques, cultivaient la vigne. Les Grecs avaient donné au territoire le surnom d'Œnotria, signifiant la terre du vin (appellation plus spécifique à la Calabre, alors colonie grecque). Le vignoble actuel s'étend dans toutes les régions italiennes du Val d’Aoste à la Sicile. L'Italie est aujourd'hui, selon l'OIV, le leader mondial de la production vinicole en termes de volume.

D’abord connue pour ses rouges, elle se signale par des vins sensiblement plus tanniques et structurés que ses homologues français ou même suisses. Les grands cépages autochtones (nebbiolo, sangiovese, aglianico, nerello mascalese par ex.) n’y sont pas étrangers, car leur adaptation temporelle à leurs terroirs respectifs a donné des raisins qui mûrissent tard, riches en tanins, conservant naturellement un haut degré d’acidité et d’amertume, ces dernières composantes s’adoucissant considérablement lorsque le grain est vendangé à maturité, conférant alors aux vins un grand potentiel de garde, de complexité et de finesse. Les plus emblématiques représentants proviennent sans doute du Piémont (Barolo, Barbaresco, Gattinara), de Toscane (Chianti Classico, Brunello du Montalcino), de Campanie (Falerno del Massico, Taurasi) et de Sicile (Etna), même si l’on produit de grands vins rouges dans toutes les régions italiennes ou presque. Ainsi pour les terroirs du nord, les meilleurs rouges valdotains brillent par un éclat fruité unique et un caractère digeste, ceux de Lombardie par une extrême finesse, ceux du Trentin-Haut Adige par un caractère sauvage, ceux de Vénétie par une grande richesse de corps. Au centre, qu’il s’agisse de l’Emilie-Romagne ou de l’Ombrie, les vins sont notamment corpulents et charpentés, tandis que dans les Marche, Abruzzes et Molise, ils se caractérisent par une saine rusticité. Enfin à l’extrême sud, les vins des Pouilles transforment le soleil en finesse, les rouges volcaniques des Basilicate conjuguent fraîcheur d’altitude et tension, tandis que ceux méconnus de Calabre affichent une certaine noirceur. Bien sûr, nous n’oublions pas le Piémont, la Toscane, la Campanie et la Sicile, dont les meilleurs et plus grands vins rouges présentent des qualités de parfum, de structure, d’élégance et de longévité qui les portent au sommet de la production nationale, pour faire jeu égal avec les pays voisins dans le concert des grands vins du monde, sans aucun complexe.

Quant aux vins blancs secs, on ne minorera pas le potentiel de la Botte car là aussi les cépages autochtones, les sols et leur lieu d’implantation font merveille, de l’extrême nord à l’extrême sud. À titre d’exemple on peut citer les petites arvines valdotaines, les rares grands rieslings piémontais, les miraculeux vins des Cinque terre, la nosiola du Trentin, les fins soave de Vénétie, les électrisants fiano et falanghina du grand sud, les extra-ordinaires blancs de carricante de Sicile, les raretés autochtones sardes, les vins de macération du Frioul, etc.

Enfin, on sait moins que l’Italie est capable de produire des vins doux extraordinaires, défiants le temps, qu’ils soient issus de passerillage (le plus souvent) sur claies ou sur souches, ou même de botrytis (plus rare), avec des élevages parfois très longs. Évoquons ainsi quelques noms qui évoquent la découverte et le voyage : Aleatico dell'Elba, Passito di Pantelleria, Recioto della Valpolicella, Sciacchetrà, Vin Santo. Et d’autres. Dans tous les cas, ils sont le reflet d’un savoir-faire existant depuis des temps immémoriaux et méritent l’intérêt.

loader
    liste

    253 articles