Kostenlose Lieferung ab einem Einkauf von Fr. 300 oder 18 Flaschen, sonst Fr. 15

bouchage (types de)

Emballagecarton: capacité: 5'000 bouchons - Composés papier recyclé écologique(Testliner) - Barrière de protection contre les salissures, contre lespoussières, contre l'humidité - Ces cartons sont exempts de laque - Ils sontentièrement recyclables selon les exigences du Resy (en Allemagnel'organisation RESY qui s'occupe de la récupération et valorisation des déchetsd'emballages en carton).

Les 20 étapes de l'élaboration d'un bouchon liège de qualité:

1. Critères de sélection et achat de liège provenant de zones forestièressélectionnées.

2. Stockage et stabilisation du liège (en forêt ou à l'usine) minimum 8mois en «piles» à l'air du temps.

3. Bouillage, avec renouvellement automatique de l'eau (élimination destanins, des sels minéraux, des impuretés, des insectes).

4. Stabilisation des planches pendant 2 semaines: par son augmentation devolume, le liège devient plus élastique et malléable, il est prêt à êtretravaillé.

5. Tri des planches brutes: sélection du liège (7 épaisseurs et 7qualités).

6. Découpage des bandes, leur largeur correspond à la longueur dubouchon.

7. Tubage des bouchons, les bandes sont perforées à l'emporte-pièce,bouchon par bouchon, le plus près de l'intérieur (mie).

8. Tri préliminaire, élimination des déchets et des bouchons avec desdéfauts majeurs.

9. Rectification dimensionnelle des bouchons après stabilisation del'humidité.

10. Lavage et désinfection en profondeur, neutralisation dans un bain àPH acide et rinçage abondant avec de l'eau pure. Élimination de l'eau desurface par centrifugation immédiatement après le rinçage.

11. Séchage en profondeur dans un local spécifique pour que les bouchonsatteignent le taux d'humidité désiré.

12. Tris pour obtenir des qualités homogènes. Un premier tri est effectuépar des machines électroniques à caméra; le tri final est fait sur des tapisroulants par des ouvriers spécialisés.

13. Comptage des bouchons à la machine et identification des lots en vuede leur traçabilité.

14.Contrôle de qualité avant l'expédition (analyses physiques, chimiques,biologiques et organoleptiques); délivrance du certificat de qualitécorrespondant.

15. Transport direct en Suisse par camion selon le cahier des chargesétabli.

16. Contrôle de qualité à la réception du lot en Suisse. Acceptation dulot en conformité avec le cahier des charges.

17. Marquage personnalisé avec des encres alimentaires; séchage à l'air.

18. Dépoussiérage par aspiration avant application des traitements desurface. lubrification des bouchons dans le respect des normes de l'industriealimentaire.

19. Contrôle de qualité final afin d'établir la déclaration de conformitéChaillot, selon les procédures internes correspondantes.

20. Conditionnement dans des sacs-barrière adaptés aux exigences d'unproduit alimentaire étudiés pour assurer une protection aux poussières, àl'humidité et aux odeurs. Conservation des qualités du bouchon grâce à un gazinerte.

Dans ces 20 étapes 7 points critiques ont été identifiés et analysés parrapport aux risques alimentaires potentiels pouvant se présenter au cours del'élaboration du bouchon alimentaire.

La capsule àvis, selon Péchiney-Capsules, est parmi les concurrents du liège celui quibénéficie d'une expérience remontant aux années 1970. Des améliorationspermanentes l'ont rendue de plus en plus performante. Encore un"plus" pour la capsule Stelvin®. Le large champ de compétences dePechiney-Capsules a permis de développer une nouvelle capsule Stelvin+® offrantune plus grande qualité d'impression, associée à l'élégance des capsulesembouties: une teinte de fond encore plus couvrante, profonde et uniformepermettant des effets variés, un décor sur jupe couvrant et une plus granderichesse de teinte, un relief encré sur tête. Une flexibilité plus importante:grâce à des équipements et une organisation flexibles, la capsule Stelvin+® estaussi adaptée à des petites séries. La capsule Stelvin+® possède les mêmesavantages que la capsule Stelvin®: elle conserve les qualités du vin grâce àune parfaite étanchéité au liquide - une régulation contrôlée des échanges degaz - l'absence de TCA (goût de bouchon) - l'aspect pratique de la bouteilleest amélioré par une ouverture et une re-fermeture faciles - debout, couchée outête en bas, la bouteille se conserve et se transporte dans toutes lespositions - deux possibilité de joints étanches sont disponibles: le Saran filmétain, totalement hermétique, et le Saranex 38 qui favorise les échanges dansl'optique du liège - bouteille standard, avec bague de verrerie normalisée BVS- opération de capsulage identique à celle d'une capsule Stelvin® - calibre30x60mm. C'est le marché suisse qui a été le premier à adopter très largementce concept dès 1988. En 2001, l'Australie et la Nouvelle-Zélande commencent àopter en faveur de la capsule à vis, autant que pour leurs vins blancs que pourles rouges. 2002 est l'année de confirmation pour les pays du Nouveau Monde, ycompris  les USA. La France, l'Allemagnes'y mettent aussi.

Source: Pechiney-Capsules.

Vitisphere - Actualités - Interviews - 16/ 09/ 2004          

Interview: André Lurton, viticulteuret producteur bordelais.

Pour les vignobles André Lurton, letemps est venu, "de desserrer la vis à la capsule". André Lurton nousexplique l'intérêt d'avoir franchi le pas vers cette alternative au bouchonliège, même pour les grands crus.

Lors de la dernière dégustation etprésentation des vins en primeur qui a eu lieu en avril, vous avez présentédeux de vos vins blancs en capsule à vis dans le millésime 2003. C'est unegrande première à Bordeaux. Pourquoi une telle révolution, de plus avec desgrands crus?

La qualité de nos vins est la seulechose qui nous anime. La capsule à vis a comme qualité essentielle d'êtreétanche à l'oxygène, l'ennemi N°1 du vin blanc. À mes yeux, elle s'impose doncpour des vins blancs de garde, et tout particulièrement pour des grands vinsblancs comme Couhins-Lurton et La Louvière. D'ailleurs, nous n'avons pas hésitéà sauter le pas et à proposer à nos clients des vins bouchés avec des capsules àvis.

Quels sont les avantages descapsules à vis STELVIN?

La parfaite étanchéité et la totaleneutralité du joint en contact avec le vin sont les avantages primordiaux de lacapsule à vis. Mais, vous avez aussi la facilité d'ouverture car certainsconsommateurs à l'étranger sont peu familiarisés avec l'usage d'untire-bouchon. Avec la capsule à vis, vous pouvez également reboucher unebouteille consommée en partie. Les bouteilles peuvent enfin être stockéesverticalement sans risque de dessèchement du bouchon et donc, plus de risquesdans les grandes surfaces. Il faut également noter que jusqu'à ces dernièresannées, le bouchage à vis était mal reçu par les consommateurs. Il avait uneimage «bas de gamme», or les capsules actuelles sont bien présentées avec desimpressions de qualité. Les bouteilles sont élégantes.

Y a-t-il d'autres vins concernés parla capsule à vis en dehors de Couhins-Lurton et La Louvière?

Oui, notre Château Bonnet enEntre-deux-mers est d'ores et déjà proposé à nos clients en capsule à vis, enparticulier, dans les pays nordiques, le Canada, la Suisse, les USA. Nousallons progressivement proposer les un million cinq cent mille bouteilles devin blanc que nous produisons avec ce type de bouchage. C'est très important etil est essentiel que ce vin que nous avons mis plus d'un an à élaborer arrivedans les meilleures conditions sur la table de nos clients. Notre unique butest de les satisfaire en leur proposant la meilleure qualité. La capsule à visrépond parfaitement en ce sens à nos exigences puisqu'elle permet de préserverles arômes, la fraîcheur et le fruité tout en offrant un excellentvieillissement naturel. Ce type de bouchage va se développer probablement plusque les imitations de bouchon liège. À l'heure actuelle, nous effectuons desessais avec des capsules légèrement perméables à l'oxygène pour le bouchage desvins rouges.

Quelles ont été les premièresréactions de la part des prescripteurs?

En avril, les châteauxCouhins-Lurton et La Louvière en blancs, bouchés avec des capsules à vis ontété présentés aux dégustations primeurs de l'Union des Grands Crus. Nous avonsainsi pu tester les réactions des dégustateurs. Dans l'ensemble, à notreétonnement, elles ont été très positives. Bien sûr, on trouve toujours deshésitants, mais il faut prendre le temps de leur expliquer et c'est notretravail. En effet, seule la connaissance fait avancer le monde et nonl'ignorance. Il faut user de pédagogie et tout naturellement le messagepassera. Tentons d'admettre que c'est une évolution et non pas une révolution.

Copyright © 2000-2004Vitisphere.com.

Lorsque les bouchons synthétiques ont fait leur apparition, les critiques nousont dit qu'il s'agissait d'une mode qui ne durerait pas. Supreme Corq, Inc.établie à Kent dans l'état de Washington, et dont la production de bouchonssynthétiques a commencé en 1992, semble toutefois donner tort à ces mauvaiseslangues.  La société produit actuellementplus de 100 millions de bouchons synthétiques (2004) personnalisés, fabriquésen élastomères thermoplastiques de classe alimentaire, arborant parfois descouleurs vives pour plus de 1'000 domaines vinicoles dans 30 pays différents.En fait, Supreme Corq est le plus important fabricant de bouchons synthétiquesau monde. Robert L. Anderson, Président et Président-directeur général deSupreme Corq s'est récemment entretenu avec Market Watch, au sujet de lacontroverse qui entoure le bouchon synthétique.

Q: Sibeaucoup pensent que le bouchon synthétique permet de réduire les phénomènesd'altération et d'oxydation du vin, nombreux sont ceux qui décrient néanmoinsson utilisation pour les vins prestigieux. Pourquoi?

Anderson: Dans une industrie aussi emprunte de traditions que celle duvin, les changements prennent beaucoup de temps. Avant l'apparition descapsules à vis à la fin des années 60, aucune alternative de bouchage digne dece nom des bouteilles de vins et de liqueurs n'existait, et ce depuis le milieudu XVIIe siècle. Aujourd'hui, les domaines vinicoles utilisent etacceptent les obturateurs synthétiques pour des vins plus ou moins chers. Nousavons des clients dans le monde entier qui utilisent nos bouchons synthétiquessur des bouteilles allant de 5 à 100 dollars l'unité.

Q : Que fait Supreme Corq pour changer les mentalités?

Anderson: Une étude de marché mondiale que nous avons menée, indiquequ'un nombre de plus en plus grand de consommateurs sont prêts à accepter lesobturateurs synthétiques. Les bouchons sont en règle générale un articleaccessoire pour le consommateur. Lorsqu'ils souhaitent goûter un vin, ils fontgénéralement confiance au producteur, quant au choix du bouchon approprié.Ainsi, nous organisons des séminaires avec des clients potentiels. Noustravaillons également avec des instituts de recherche et des laboratoires de toutpremier plan dans le monde entier à la rédaction d'articles et d'exposés,présentés à l'occasion de forums et de conférences. Par ailleurs, je participeactuellement à un programme de troisième cycle sur le vin de l'école decommerce de Bordeaux, avec l'objectif de mieux comprendre le marché français.

Q: Pensez-vous que les systèmes de bouchage alternatif, et notamment lesbouchons synthétiques et les capsules à vis, l'emporteront sur les types debouchage classique, réalisés à partir de liège?

Anderson: Étant donné l'augmentation de la production mondiale de vin, ily a suffisamment de place sur le marché pour plusieurs options de bouchage, etnotamment pour les bouchons de liège, les bouchons de type naturel, lesbouchons synthétiques et les capsules à vis. Le progrès technologique a donnéaux producteurs la possibilité de choisir entre plusieurs types de bouchons, cequi n'était pas le cas, il y a dix ans. Au bout du compte, les producteurssouhaitent réaliser un vin d'une qualité constante et à cet égard, ils serontamenés à choisir le système de bouchage le plus à même d'atteindre cetobjectif.

Q : Si je vous dis : Le bouchon synthétique détruit la romance du vin.

Anderson: Je dis que c'est stupide! Le bouchon synthétique conserve toutle rituel associé au retrait du «bouchon» et le consommateur profite toujoursde l'inévitable «pop». Les bouchons synthétiques lui permettent surtout deprofiter d'un vin d'une qualité constante, sans trichloroanisoles (TCA) [donneau vin un goût de « moisi »]. Après tout, il n'y a rien de romantique à ouvrirune bouteille de vin qui a le goût de bouchon et qui est inconsommable.

Entretien avec Robert L.Anderson de Supreme Corq Inc - 1997-2002 Market Watch, janvier/février 2003.

La dernièreinnovation en matière de bouchage est un bouchonde verre pour remplacer le liège. C'est la multinationale de l'aluminiumAlcoa (siège européen à Genève) qui lance un nouveau dispositif de fermeturedes bouteilles de vin. Doit-on enfin être libéré du goût de bouchon?

Ce nouveau dispositif de fermeture des bouteilles de vin est un bouchonde verre qui s'encastre dans le goulot et qui est maintenu en place par unjoint thorique et un capuchon en aluminium. Le produit sera lancé sur le marchédébut 2005, mais certains vignerons-encaveurs suisses ont déjà pu le découvrircet été. Le Vino-Lok, c'est son nom, présente un avantage décisif: il peut êtreretiré à la main, sans le moindre ustensile. Son prix, entre 45 et 60 centimesla pièce (capuchon compris), correspond à celui de son ancêtre en liège debonne qualité. C'est pourquoi Alcoa Allemagne où il est fabriqué vise desclients produisant des vins de haut de gamme.

Depuis quelques années, l'augmentation de la production de liège aentraîné une baisse de la qualité des bouchons traditionnels. C'est pour offrirune alternative élégante aux encaveurs que la multinationale a développé cesystème qui s'apparente au bouchon de carafe et qui est maintenu étanche parson capuchon amovible en aluminium. Le Vino-Lok a gagné ce printemps lamédaille d'or de l'innovation au salon allemand Interventis Interfructa.Depuis, l'objet est testé par une quarantaine d'encaveurs dans plusieursdomaines à travers le monde, ainsi que par des oenologues de l'Universitétechnique de Geisenheim et de l'Institut de recherche d'Oppenheim. Élégant,recyclable, pratique, réutilisable et inodore, ce produit constitue une petiterévolution dans le monde vinicole. Si aucun inconvénient technique ne sembleavoir été identifié jusqu'ici, certains professionnels se sont montréssceptiques en raison de son étanchéité totale.

Les spécialistes dans le haut de gamme en France, estiment que le liègesera difficile à remplacer car ses propriétés naturelles entraînent un échangegazeux entre l'air et le vin. Ce que le Vino-Lok ne permet pas. Pourtant, lesessais s'avèrent concluants et, à la mi-2004, près de 70 caves avaient déjàcommandé le produit, ce qui représente la moitié du chiffre qu'espère atteindrela multinationale.

Pour ALCOA, il n'est nullement l'intention de remplacer le bouchontraditionnel: Sachant qu'il y a annuellement entre 15 et 17 milliards debouteilles en vente dans le monde et que ce chiffre risque d'atteindre les 22milliards d'ici 2010, qu'une partie de ce marché est visée. Alcoa recherche lacommercialisation d'environ 15 millions de Vino-Lok par an. Le potentield'implantation du produit est élevé en Suisse, car le pays esttraditionnellement intéressé par les moyens alternatifs de fermeture, comme cefut le cas avec la capsule à vis. Le Vino-Lok sera produit en masse enAllemagne, dans l'usine d'Alcoa à Worms, dès l'automne 2004. Reste à savoir si,culturellement, il saura plaire aux oenophiles. Il est vrai que ce bouchagebouscule un peu la tradition qui entoure un bon vin, tant dans la matérialitédu bouchon que dans le rituel d'ouverture de la bouteille. C'est justementcette facilité d'usage qui, selon lui, a séduit ses premiers clients. Lacompagnie aérienne Lufthansa, par exemple, a choisi de l'adopter parce qu'ilfacilitera la vie aux hôtesses de l'air.

Parmi les vignerons suisses approchés par la multinationale, laconclusion est qu'un vin haut de gamme ne pourra jamais se passer dutraditionnel bouchon de liège. Mais, le Vino-Lok intéresse pour les vinscourants, pour lesquels on utilise actuellement des capsules à vis. Ce quireprésente environ 10% de sa production. Le verre n'ayant pas la propriété desouplesse du liège, les encaveurs qui optent pour Vino-Lok doivent s'assurerque leurs bouteilles présentent un diamètre de goulot régulier. La part demarché de ce nouveau système s'annonce donc assez faible pour l'instant. ChezAlcoa, qui a investi entre 4 et 5 millions d'euros dans l'opération, on atteintle 2% de la production mondiale de bouteilles avec cette innovation, ce seradéjà un bon score.

L'élégance du verre n'est donc pas tout à fait prête à détrôner larusticité du liège, même si elle commence à intriguer les encaveurs.

Conclusions selon la Revue des Œnologues- Étude comparative des performances de différents types de bouchage - (extrait)L'industrie vinicole utilise largement les bouchons en liège ou à base de liègepour obturer les bouteilles de vins. De nouveaux obturateurs sont apparus cesdernières années sur le marché sans que l'on dispose d'études objectives visantà apprécier leurs performances techniques. Dans ce travail, à travers uneexpérience de conservation des vins bouchés en conditions réelles, on a étudiécomparativement les caractéristiques de différents types de bouchagedisponibles sur le marché (bouchon en liège naturel (2), colmaté (1), composite1+1 (1), synthétiques à base de liège (2), synthétiques en matières plastiques(3)). On a mesuré l'évolution des forces d'extraction et de la qualité dubouchage après 6 et 12 mois de conservation avec deux positions de stockage(debout, couchée). L'évolution des antioxydants exogènes du vin a permisd'apprécier les phénomènes oxydatifs en bouteille. Enfin, l'analyse sensorielleet le dosage de différents composés migrants (volatils et semi-volatils) ontpermis d'estimer la qualité de l'inertie chimique et organoleptique desdifférents obturateurs étudiés. La qualité physique du bouchage apparaîtsatisfaisante dans la grande majorité des cas. Cependant, on note des forcesd'extraction parfois élevées avec certains bouchons synthétiques. Un desbouchons synthétique à base de liège présente une stabilité à l'oxydationmédiocre. Les bouchons synthétiques en matières plastiques se comportent mieux,mais ils possèdent des performances plutôt inférieures à celle du liègenaturel. Sur le plan de l'inertie chimique et organoleptique, le bouchoncolmaté et un des synthétiques à base de liège ont communiqué à certainesbouteilles des mauvais "goûts" à caractère "moisi" enraison de la diffusion de 2,4,6-trichloroanisole dans les vins. Les bouchonssynthétiques à base de liège apportent de nombreux composés volatils etsemi-volatils provenant des formules d'agglomération ; les bouchons en matièreplastiques apportent également des composés normalement absents de lacomposition du vin. La nature et la quantité des migrants répertoriés varientselon le type de bouchon considéré. Comparativement au liège naturel, l'inertiechimique de ces obturateurs est donc loin d'être parfaite. Par contre, aucunedes molécules rapportées ne semble pouvoir communiquer directement de mauvaisgoûts ou odeurs. Un des bouchons synthétiques en matière plastique a présentédes résidus de solvants indésirables du type p-xylène. Dans tous les cas, lesbouchons en liège naturel et le composite 1+1 ont présenté les meilleuresperformances.