Kostenlose Lieferung ab einem Einkauf von Fr. 300 oder 18 Flaschen, sonst Fr. 15

Kagor

Retrouvailles Cahors - Kagor:

Les 28 et 29 novembre 2003, la région de Cahors a célébré les retrouvailles avec le kagor, vin sucré produit en Crimée, et dont le nom dérive de Cahors. En effet, son origine remonte à l'époque où le vignoble de Cahors était abondamment exporté au pays des tsars, le plus célèbre d'entre eux, Pierre le Grand, était dit-on, un grand amateur de ce cru. C'est pourquoi la vice-ministre du tourisme de Crimée (province autonome d'Ukraine), un député du Parlement ukrainien ainsi que le directeur d'un regroupement de coopératives avaient fait le déplacement à cette date.

Si plusieurs pays de l'ex-URSS produisent aujourd'hui du kagor, celui provenant de Crimée passe pour être le plus fameux. L'Ukraine possède ainsi 6 régions viticoles, pour une production totale de 120'000 hectares, dont une partie conséquente est réservée au kagor.

Historique Cahors - Kagor:

Au début du XVIIIe siècle, les marchands russes commencèrent à prospecter l'Europe. De passage à Cahors, et peut-être même à la Chantrerie, les vignerons de la région leur proposèrent un vin qui les enthousiasma. Ils décidèrent alors d'en ramener en Russie pour l'offrir aux Popes. Ainsi le Cahors devint vin de messe de l'église orthodoxe. La légende veut que les moines, chargés de le transporter, en gabarrre jusqu'à Bordeaux, en voilier jusqu'à Novogord sur la mer Baltique, puis en chariot jusqu'à Moscou, le goûtaient pour s'assurer de sa bonne conservation. Pour compenser les pertes, ils rajoutaient du sucre dans les barriques: non seulement le vin se conservait mieux, mais il correspondait mieux au goût de l'époque. Aujourd'hui, les vignerons de Crimée élaborent ce vin de façon inverse: en chauffant le moût de raisin pour en extraire les matières colorantes et tanniques, puis en ajoutant de l'alcool pour empêcher le sucre de fermenter. Une fois refroidi naturellement, il est pressé; ce ne serait donc pas seulement le moût qui est chauffé. Le jus est alors muté à l'alcool. Élevé pendant deux ou trois ans en fût de chêne, le vin de liqueur obtenu titre alors environ 18% de sucre et 16% d'alcool. Le Kagor a une robe pourpre intense, un bouquet de fruits confits et un goût à l'âpreté "douce" de confiture de cassis. Ils donnèrent à ce vin de liqueur le nom de Kagor en hommage à la ville d'où il provenait autrefois.