Kostenlose Lieferung ab einem Einkauf von Fr. 300 oder 18 Flaschen, sonst Fr. 15

Cru bourgeois

Il s'en suivit différentes tentatives du Syndicat pour la mise en place d'un cadre réglementaire conforme à la réglementation communautaire. Finalement un arrêté ministériel fixe à fin 2000 le règlement d'organisation des crus bourgeois du Médoc, désormais réunis en une seule catégorie: crus bourgeois. En 2001, il réunit 337 marques issues des 8 appellations du Médoc, sur un total de 419, représentant 50% de la production médocaine. Le Syndicat des crus bourgeois du Médoc ne publie plus de classement, mais établit annuellement la liste de ses adhérents. En terme de qualité, il y a une très grande différence entre le meilleur et le pire parmi les crus bourgeois. Les plus réputés produisent des vins bien supérieurs et souvent d'un prix plus élevé que les crus classés les moins performants. En revanche, les crus bourgeois de moindre qualité sont à peine supérieurs à un bordeaux générique. C'est dans les appellations de Moulis et de Listrac que l'on compte le plus grand nombre de crus bourgeois.

Le nouveau classement des crus bourgeois est une surprise dont la publication a marqué l'ouverture du Salon Vinexpo 2003 à Bordeaux. Publié au JO dimanche 22 juin et révisable dans 12 ans, il fait place au palmarès qui datait de 1932. La Chambre de commerce et d'industrie de Bordeaux avait enregistré quelque 490 demandes d'inscription à ce nouveau classement, qui concerne les vins d'appellation d'origine contrôlée Médoc, Haut-Médoc, Listrac, Margaux, Moulis, Pauillac, Saint-Estèphe et Saint-Julien. Les vins ont été analysés sur les millésimes 1994 à 1999, la grille d'évaluation comportant des critères de terroir et de viticulture, l'analyse des conditions de mise en bouteille et la réputation générale de la propriété. Certains pourraient s'étonner de ne pas retrouver leurs crus bourgeois favoris parmi les nominés, au premier rang desquels le réputé château Sociando Mallet. Ni ce château, ni château Gloria, ni château Bel Air Marquis d'Alligre n'ont fait acte de candidature ... gageons qu'ils participeront à la course, dans 12 ans!

Le verdict du nouveau classement des crus bourgeois de 2003 n'a retenu sur 490 candidats que 247 (1992 = 258) châteaux (50%) et recense:9 crus bourgeois exceptionnels, 87 crus bourgeois supérieurs et 151 crus bourgeois. Le classement de 2003 est très différent du palmarès de 1992: près d'une centaine de châteaux ont été éliminés, alors que, le plus surprenant, 73 nouveaux crus classés font leur apparition.

Nous ne citerons que les crus bourgeois exceptionnels du classement 2003:

Château Labegorce Zédé (Soussans, Margaux)

Château Ormes-de-Pez (Les) (Saint-Estèphe, Saint-Estèphe)

Château Pez (de) (Saint-Estèphe, Saint-Estèphe)

Château Phélan Ségur (Saint-Estèphe, Saint-Estèphe)

Château Potensac (Ordonnac, Médoc)

Château Poujeaux (Moulis-en-Médoc, Moulis-en-Médoc)

Château Siran (Labarde, Margaux)

( Extrait du Journal Officiel )

Les recalés, furieux, forment un groupement mené par Denis Hécquet, régisseur du château Méric (Médoc). Ils votent contre la dissolution du syndicat et bloquent la formation du nouveau. Des propriétaires mécontents de leur place dans le nouveau classement s'allient à leur cause.

Les membres du jury sont traînés dans la boue. On les accuse de partialité dans les nominations au classement, parfois de copinage entre crus. Malheureusement, la sortie de ce nouveau classement est entachée de scandales et de tiraillements internes, et la tension monte! Après une succession de recours en référé (soixante au total) des recalés, le bureau du syndicat des crus bourgeois finit par être dissous en assemblée générale au début avril2004, soit presque un an après la sortie officielle du classement.

Dominique Hessel, propriétaire du Château Moulin à Vent, classé cru bourgeois supérieur, passe le flambeau à Thierry Gardinier, copropriétaire du château Phélan-Ségur à Saint-Estèphe, classé cru bourgeois exceptionnel. De plus, le nouveau syndicat change de nom; il s'appelle dorénavant Alliance des crus bourgeois. Cette nouvelle alliance compte l'ensemble des classés (9crus bourgeois exceptionnels, 87crus bourgeois supérieur et 151crus bourgeois). Mais cette alliance est confrontée à la demande de réexamen de dossiers demandé par le juge des référés.

Ainsi, la chambre de commerce devra à nouveau se pencher, avec un jury qui ne comptera aucun propriétaire, sur quelques dossiers de recalés. Si ces dossiers sont jugés favorablement, ils devraient réintégrer le classement 2003, ainsi que le nouveau syndicat. Mais si trop de recours sont déposés, le tribunal pourrait exiger de tout recommencer à zéro!

Ce classement, assez conservateur par rapport à celui de 1932, était pourtant un premier travail, effectué par des professionnels du monde du vin bordelais, connaissant pour la plupart la typologie des propriétés médocaines ainsi que le niveau qualitatif de l'ensemble de la production. Un travail courageux, qui doit encore être amélioré pour la prochaine édition, mais surtout validé par les consommateurs durant les dix prochaines années.

En 2005, nous apprenons que les 75 châteaux du Médoc qui contestaient le Classement officiel des crus bourgeois établi en 2003 ont finalement obtenu gain de cause devant la justice. Et le tribunal a fait voler en éclats dix-huit mois de travaux. Les juges ont disqualifié ce Classement 2003, au motif que certains membres du jury étaient à la fois juges et parties, plusieurs membres du jury étaient effectivement directement concernées par ce nouveau classement.

Médoc: 28.02.2007 le nouveau classement des crus bourgeois annulé:

La cour administrative d'appel de Bordeaux annule le dernier classement des crus bourgeois du Médoc instauré en 2003. Le jugement annule également le classement des 87 crus bourgeois supérieurs et 9 crus bourgeois exceptionnels, deux nouvelles catégories qui avaient été introduites dans le nouveau classement. C'est donc le classement de 1932 qui s'applique à nouveau, quelque 200 propriétés exclues retrouvent le droit d'utiliser la précieuse mention cru bourgeois. Les magistrats ont donné raison aux plaignants, estimant qu'il y avait un doute sur l'impartialité du jury de 17 membres en charge de décider de la sélection des crus, quatre d'entre eux étant concernés par le classement.

Le même scénario risque de se reproduire pour le tout nouveau classement des Saint-Émilion grands crus classés, puisque trois des propriétaires exclus du classement viennent de saisir la justice, invoquant là encore le manque d'impartialité du jury.

Deux affaires qui ne vont pas concourir à redorer l'image du Bordelais tant en France qu'à l'international.

07.2007 - Le terme "cru bourgeois" du Médoc interdit - La DGCCRF vient de signifier cette interdiction. Elle fait suite à un jugement annulant le classement 2003 des vins de Bordeaux.

Que vont devenir les producteurs de vin du Médoc qui pouvaient parer leurs flacons de l'appellation "cru bourgeois" afin de vanter leurs nectars aux consommateurs afin de résister à la concurrence? La question leur est désormais posée depuis que l'utilisation de ce terme est interdite d'utilisation par la Direction générale de la Concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF).

Cette affaire, révélée par le quotidien Sud-ouest, est confirmée par l'Administration de la concurrence. Celle-ci l'a signifiée aux viticulteurs bordelais dans une lettre du 22 juin 2007. Les "crus bourgeois" représentent la moitié de la production du Médoc.

L'association des "crus bourgeois" attend une "position plus claire" de l'administration quant à la date effective de l'interdiction totale de la mention, indique Thierry Gardinier, son président. "La logique" et le "bon sens" voudraient, selon lui, que l'interdiction s'applique à compter du millésime 2007, car pour les années précédentes, "des étiquettes sont déjà imprimées". Il ajoute: "il n'est pas exclu que la mention "cru bourgeois" ne puisse être utilisée pendant plusieurs millésimes",

Toute l'affaire débute en juin 2003. Cette année, les spécialistes s'attaquent à un nouveau classement des vins de Bordeaux. Le dernier, et aussi le premier, a été établi en 1932. Il classait 444 châteaux en crus bourgeois, crus bourgeois supérieurs et crus bourgeois supérieurs exceptionnels. Aucune homologation ministérielle n'avait alors validé ce classement. Celui de juin 2003, après 18 mois de travail, conserve à 247 des 480 châteaux candidats le droit de mentionner "crus bourgeois" sur leurs étiquettes, 9 d'entre eux étant déclarés "exceptionnels" et 87 "supérieurs". Un arrêté ministériel donne enfin une validation officielle à ce classement.

Las, les 76 propriétaires exclus de ce classement portent plainte. Ils estiment que la sélection est partiale. Certains propriétaires du Médoc siégeaient en effet parmi les jurés. En février 2007, la Cour administrative d'appel de Bordeaux, confirmant un jugement du Tribunal administratif, leur donne raison et annule la version 2003 du classement.

Voir classé - cru.