Kostenlose Lieferung ab einem Einkauf von Fr. 300 oder 18 Flaschen, sonst Fr. 15

bpa

À partir de 0,3 pour mille déjà, la vision (éblouissement, restriction du champ visuel) ainsi que les facultés de concentration, de réaction et de coordination sont entravées. Simultanément, le goût du risque augmente, ce qui peut conduire à une surestimation de soi, à l'euphorie voire à la négligence. De plus, l'alcool renforce les effets négatifs du stress, du manque de temps ou de l'énervement. Ces faits prouvés médicalement valent non seulement pour les buveurs invétérés, mais aussi pour toutes celles et tous ceux qui boivent un verre de temps en temps, qu'ils soient jeunes ou vieux, corpulents ou minces - bref, pour presque chacun d'entre nous.
Triste bilan :
Le risque d'accident augmente à partir de 0,5 pour mille et, pour les nouveaux conducteurs, à partir de 0,3 pour mille déjà. Pour une alcoolémie supérieure, il augmente de manière exponentielle. À 0,8 pour mille, il est déjà quatre fois plus élevé. Une victime sur cinq, soit plus de 100 morts par année, a perdu la vie à cause d'un conducteur alcoolisé. Le nombre réel des accidents avec blessés causés par l'alcool est évalué à quelque 30 pour cent de tous les accidents de la circulation routière et à près de 50 pour cent en fin de semaine.
Toute personne ayant un taux d'alcool supérieur à 0,5 pour mille est réputée inapte à conduire (état d'ébriété), indépendamment de la tolérance individuelle à l'alcool ou d'autres preuves. Conduire un véhicule à moteur sous l'emprise de l'alcool est sanctionné par une peine privative de liberté ou une amende. Par ailleurs, le permis de conduire risque d'être retiré.
Saviez-vous que: un verre standard (par exemple, de 1 dl pour le vin rouge, de 2 cl pour l'eau-de-vie, de 3 dl pour la bière, tels que servis dans les restaurants) entraîne une alcoolémie de 0,2 pour mille environ et que la résorption de l'alcool dans le sang se fait à raison de 0,1 pour mille par heure? (Exemple : un taux d'alcool de 0,5 pour mille est complètement résorbé au bout de cinq heures environ) après une soirée arrosée et une courte nuit, le taux d'alcool résiduel peut être tel que l'aptitude à conduire est gravement compromise le lendemain matin, même si on se sent en pleine forme ? (Exemple : une alcoolémie de 1,2 pour mille à minuit = 0,6 pour mille le lendemain à 6 h.) il n'existe AUCUN remède miracle pour réduire l'effet de l'alcool ou en accélérer la résorption ? (Ni cornichons ni rollmops ne vous tireront d'affaire !) le café peut même retarder la résorption de l'alcool ? de nombreux médicaments multiplient l'effet de l'alcool ? (Lire impérativement la notice d'emballage!).
Conseils - Boire ou conduire :

Le mieux est de désigner au début de la soirée la personne qui restera sobre en vue de reconduire chez eux ceux qui boivent. Vous pouvez aussi simplement laisser votre voiture au garage si vous savez à l'avance que vous boirez de l'alcool. Les transports publics ou un taxi coûtent bien moins cher que les frais consécutifs à un accident ou au retrait du permis de conduire.
Non merci, je conduis :
Lorsque vous constatez que quelqu'un ne veut pas (plus) boire, acceptez sa décision. Cette personne n'est ni un trouble-fête ni un froussard, mais fait preuve de courage civil. Bonne ambiance aussi sans alcool :
En tant qu'hôte conscient de ses responsabilités, vous savez qu'après une journée de travail stressante, un seul verre peut déjà être de trop. Vous veillez donc à ce qu'il y ait assez de boissons sans alcool pour vos invités. Vous ne servez jamais d'alcool sans quelque chose à manger, car vous connaissez ses effets sur un estomac vide. Si un de vos amis a bu un verre de trop, vous appelez un taxi, ou vous l'hébergez pour la nuit.
Conséquences juridiques :
Tout le monde peut être contrôlé !

La police peut, à n'importe quel moment et même sans soupçon concret, soumettre les conducteurs de véhicules ainsi que tout autre usager de la route impliqué dans un accident à un contrôle de l'alcoolémie sans indice d'ébriété (art. 55 LCR).
Sanctions prévues dès 0,5 pour mille :
Selon l'article 91 al. 1 LCR, quiconque conduit un véhicule à moteur avec un taux d'alcool compris entre 0,5 et 0,79 pour mille sera puni de l'amende. La peine sera une peine privative de liberté de trois ans au plus ou une peine pécuniaire lorsque l'alcoolémie est de 0,8 pour mille ou plus.
Et mesures administratives :
Outre la sanction, celui qui se met au volant après avoir consommé de l'alcool doit aussi s'attendre à des mesures administratives. En règle générale, celui qui, pour la première fois, se fait attraper avec un taux d'alcool dans le sang compris entre 0,5 et 0,79 pour mille au volant d'un véhicule à moteur reçoit un avertissement pour autant qu'il n'ait commis aucune autre infraction aux prescriptions sur la circulation routière et qu'il n'ait pas d'antécédents en tant que conducteur. En présence d'une infraction légère, le permis de conduire est retiré pour un mois au moins. À partir de 0,8 pour mille, le permis est retiré pour trois mois au moins ! Celui qui, de manière répétée, conduit en état d'ébriété doit s'attendre à un retrait du permis de conduire nettement plus long. Pour les récidivistes, la Loi sur la circulation routière prévoit, selon la gravité du cas, des durées minimales de retrait du permis de plus en plus longues jusqu'au retrait de durée illimitée. Les autorités cantonales n'ont pas le droit d'aller au-dessous de ces durées. Le retrait du permis de conduire peut s'avérer très douloureux, car il entraîne une restriction sérieuse de la mobilité professionnelle et personnelle.
Ce qu'il faut savoir :
L'alcool, bu à jeun, exerce son effet plus vite que s'il est consommé en mangeant. Un verre normal de boisson alcoolisée (p. ex. 3 dl de bière, 1 dl de vin, 0,2 dl d'eau-de-vie), comme servi au restaurant, se traduit par un taux d'alcool de 0,2 pour mille environ (ce taux peut être plus élevé selon le poids de la personne, sa constitution, une consommation à jeun ou non, la rapidité de la consommation). Le corps élimine seulement 0,1 à 0,2 pour mille environ par heure. À 0,8 pour mille, l'alcool est donc complètement résorbé au bout de huit heures environ. Après une soirée arrosée et une courte nuit, le lendemain matin, le taux résiduel peut être tel (même si on se sent en pleine forme!) que la capacité de conduire un véhicule est réduite. (Exemple : 1,2 pour mille à minuit = environ 0,6 pour mille le lendemain matin à 6 h). Le café peut retarder l'élimination de l'alcool. Beaucoup de médicaments multiplient l'effet de l'alcool (lire la notice d'emballage!). Le risque de causer un accident s'accroît notablement dès 0,5 pour mille (dès 0,3 chez les nouveaux conducteurs), il atteint, à 0,8 pour mille, quatre fois sa valeur à jeun et il augmente ensuite de manière exponentielle.
Contrôles de l'alcoolémie sans indice d'ébriété :
Les contrôles systématiques de la police, même sans indice d'ébriété, constituent l'un des moyens les plus efficaces pour réduire le nombre de conducteurs en état d'ébriété. Cette mesure, qui a été introduite en Suisse en 2005, simultanément avec la limite de 0,5 pour mille, est approuvée par 85 % de la population. Outre l'information et la sensibilisation de cette dernière, il est important que la police multiplie les contrôles aux endroits bien visibles, sur les routes à fort trafic. L'effet préventif est le plus grand lorsque le conducteur estime que le risque de se faire contrôler par la police est élevé. Parallèlement à cette stratégie dissuasive, des contrôles ponctuels bien ciblés s'imposent pour démasquer autant d'automobilistes ivres que possible.
Solutions envisageables :
Les mesures éducatives devraient s'appuyer sur la signification de la consommation d'alcool et les contraintes sociales qui y sont liées. Les points essentiels sont la « fermeté vis-à-vis des influences négatives » et les « formes alternatives d'expériences ». Il n'est pas facile de sensibiliser les jeunes (de 14 à 18 ans) à l'alcool et aux risques d'accidents qui y sont liés, car ils se trouvent dans la phase où ils se détachent du milieu familial et ne connaissent guère les effets de l'alcool. On abordera le thème non pas sur un ton moralisateur, mais à l'aide de séquences vidéo visant à ce que les jeunes se sentent concernés et recherchent des solutions dans la classe. À cet égard, il est important de les prendre au sérieux et de leur permettre de trouver des solutions en discutant avec des jeunes du même âge.
L'alcool dans la circulation routière - Alcool et risque d'accident:
Effets de différentes boissons alcoolisées 0,2 dl de spiritueux ou 1 dl de vin rouge ou 3 dl
de bière se traduisent par un taux d'alcool de 0,2 pour mille en moyenne (dépend essentiellement du poids).

  • À partir de 0,3 pour mille, la faculté de conduire commence à être entravée.
  • À partir de 0,5 pour mille, la faculté de conduire est clairement entravée.
Tâches :
  • Que penses-tu de la déclaration suivante : la bière rend aussi saoul que n'importe quelle autre boisson alcoolisée ?
  • Examine tes propres habitudes de consommation : le deuxième verre est le verre de trop ou, pour moi, le premier est-il déjà de trop ?
Cas non recensés :
  • Bon nombre de conducteurs sous l'emprise de l'alcool (conduite en état d'ébriété) ne sont pas découverts.
  • L'alcool joue un rôle dans un très grand nombre d'accidents.
  • Plus l'accident est grave, plus il y a de chances qu'une des personnes impliquées soit ivre.
Tâches :
  • Explique le concept de « cas non recensés ».
  • Commente le fait suivant :
En 2004, 17'500 personnes environ se sont vues retirer leur permis pour conduite en état d'ébriété. Mais cela ne représente qu'une petite partie des conducteurs dont l'alcoolémie au volant était supérieure à la limite autorisée !
Le problème de « l'alcool résiduel » - Tâches :
  • Explique la notion d'« alcool résiduel ».
  • Vers minuit, un homme a une alcoolémie de 1,5 pour mille. De combien est-elle à sept heures du matin ? Souviens-toi que l'élimination est d'environ 0,1 pour mille par heure. Calcule :
0,2 dl de spiritueux
1,5 pour mille
1 dl de vin rouge
3 dl de bière.

Heures (max.)
1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15
Conducteurs en état d'ébriété avec retrait de permis : 17'500 env.
Conducteurs sobres: 3 millions env.
Cas non recensés sans que le permis soit retiré : 300'000 conducteurs env. conduisent en état d'ébriété.
Il faut compter une heure pour éliminer 0,1 pour mille au minimum.
Source BPA - © bpa. Reproduction autorisée avec mention de la source. Renseignements au lien de l'Internet :