Free delivery from Fr. 300 of purchase or 18 bottles, otherwise Fr. 15

Coulée de Serrant

La Coulée de Serrant, reine de Savennières, produit un vin blanc sec unique, signé Nicolas Joly, chef de file de la biodynamie : ce producteur, renommé pour ses vins issus du seul cépage Chenin dans une micro appellation. 

Au même titre que Château-Grillet en Vallée du Rhône, la Coulée de Serrant est une appellation à part entière, située au cœur de l'appellation Savennières (Anjou – entre Angers et Rochefort-sur-Loire), à la manière d’un climat en Bourgogne. Planté au XIIe siècle par les moines Cisterciens de l’Abbaye de Saint-Nicolas d’Angers, ce vignoble de sept hectares est idéalement situé en surplomb de la Loire, à l’endroit où la coulée (le ruisseau) de Serrant se jette dans le fleuve. Les parcelles de vignes, qui profitent du micro-climat causé par la proximité du fleuve et de la coulée, sont exclusivement plantées de chenin blanc (ou pineau de la Loire), un cépage apprécié pour sa belle acidité et sa puissance aromatique. 

Nicolas Joly, chef de file des défenseurs de la biodynamie depuis 1985, exclue toute utilisation d'engrais chimiques et de pesticides pour donner sa pleine expression au terroir remarquable dont le vin est issu. Dans le même esprit, le domaine recourt au bois neuf de manière modérée (3%) pour ne pas dénaturer le goût authentique du vin. La Coulée de Serrant nécessite de longues années de cave avant de développer une gamme extraordinaire d'arômes, allant du minéral au végétal, en passant par le miel et le fruit (orange confite, coing, abricot, amande grillée). Un vin unique, rare et d’une garde exceptionnelle, qui demande à être débouché et passé en carafe bien avant la dégustation. 

La biodynamie en question 

La biodynamie est une pratique qui consiste à tenir compte de l’influence des cycles planétaires pour le travail du sol et de la vigne. Cette philosophie prône également la « lutte raisonnée » où tout traitement chimique est proscrit. Seuls le souffre et la bouillie bordelaise (mélange de cuivre et de chaux) peuvent être utilisés, quoique très modérément. L’objectif ? Inciter la vigne à développer ses défenses naturelles et à s’enraciner aussi profondément que possible dans le sous-sol, riche en aliments organiques et minéraux. Ainsi, les vins issus d’une culture en biodynamie expriment pleinement les qualités de leur terroir. Néanmoins, de nombreux domaines se contentent seulement de la lutte raisonnée, la biodynamie pouvant parfois être considérée comme une pratique trop extrême. 

Site officiel de l'Internet très documenté au lien :