Livraison offerte dès Fr. 300 d'achat ou 18 bouteilles, sinon Fr. 15

idées reçues

Des techniquesculturales couramment pratiquées dans les vignobles ont été mises à mal. Ainsiselon Anderson, tomber du raisin avant la récolte pour gagner en concentrationne serait qu’un mythe. Le chercheur a mené des essais et constaté que quel quesoit le volume de fruit éliminé, il n’y a aucune différence significative surla concentration en sucre des raisins restants au moment de la récolte. Ceconstat vaut également pour une élimination précoce des raisins. «Si vouséliminez 40% des raisins à la véraison, c’est encore pire», affirme Anderson.Les raisins issus des vignes-témoins qui ont gardé tous leurs raisinsatteignent le même niveau de concentration en sucre que les raisins des vignesvendangées en vert. Si on peut observer une certaine différence avantmaturation, cet écart de densité disparaître dès lors que le raisin atteint undegré potentiel de 13%vol. Anderson admet cependant qu’il peut y avoir unedifférence au niveau des arômes du raisin, mais selon lui, sans effet au finalsur les vins. «Est-ce que cela vaut la peine de tomber du raisin ?»,s’interroge donc Anderson. Il faut cependant préciser que ces résultats neportent que sur une année d’expérimentation et restent à confirmer par d’autresessais.

 

Autre dogme contesté: le déficit d’irrigationaméliore la qualité. Il est avéré qu’un déficit hydrique précoce améliore laqualité des vins en réduisant la végétation et la taille des baies. Mais denombreux viticulteurs restent persuadés que le rationnement hydrique jusqu’à larécolte, qui diminue les rendements par déshydratation des baies, est égalementun facteur qualitatif. Martin Mendez-Costabel de l’Université de Davis a faitsa thèse sur ce sujet. Ses conclusions: l’irrigation tardive en saison affecteles rendements, mais a peu d’impact sur le fruit ou la composition du vin. Ellepermet au contraire de maintenir un feuillage vert, qui poursuit la photosynthèse.Les baies continuent donc à s’enrichir en sucre comme en eau. Une irrigationtardive durant la maturation des baies permet en outre de réduire la teneur enpyrazine, responsable des goûts herbacés. Sa recommandation: limiterl’alimentation en eau pour contrôler la végétation et réduire la taille desbaies, irriguer ensuite dès que les baies atteignent une teneur en sucre de 11%vol. Cette stratégie permet de limiter les pertes de rendement sans baisse dela qualité.

Source : copyright vitisphere® - 27/09/2007.