Livraison offerte dès Fr. 300 d'achat ou 18 bouteilles, sinon Fr. 15

guérite

S'intéresser auxguérites, à leur histoire et à leur architecture : cela ne s'était jamais faitjusqu'ici. Avec un livre et une exposition, le Musée valaisan de la Vigne et duVin lève le voile sur ces constructions minuscules, qui ont joué un rôlefondamental dans le développement du vignoble et le coeur des hommes. Cetterecherche s'est nourrie d'archives, d'observations et d'entretiens. On yapprend notamment que la guérite a permis aux vignerons de lutter contre lesmaladies, qu'elle servait d'abri et même de logement temporaire auxtravailleurs, et qu'elle est encore aujourd'hui un lieu de vie et deconvivialité important.

Repères attachants

L'architecteCharles-André Meyer, l'un des auteurs de l'étude, apprécie le côté spontané deces constructions. Les guérites ne lui ont pas seulement inspiré une typologie,mais aussi des dessins et des textes qui apportent des respirations poétiquesau coeur de l'ouvrage historique et ethnologique. « C'est une architecturetoute humble et très attachante parce que sans prétention. Les guérites sontdes points de repère dans le paysage. Si on les enlevait, le vignoble n'auraitplus aucun attrait ! » Ruine ou chalet confortable, grotte ou solide résidence,la guérite se décline sous une multitude de formes.

Un patrimoine en danger

« Nous avons étésurpris par la beauté et la richesse de ce patrimoine. Notre but est d'attirerl'attention sur ces cabanes, car beaucoup d'entre elles se dégradent fauted'entretien », ajoute Augustin Schmid. Avec la directrice du Musée valaisan dela Vigne et du Vin, Anne-Dominique Zufferey Périsset, l'ancien chef de l'Officed'agro-écologie de l'État du Valais a poussé la porte de dizaines de guériteset rencontré leurs propriétaires. Les récits sont savoureux et richesd'enseignement sur les usages de ces lieux. « Ces maisonnettes pourraient jouerun grand rôle dans le développement de l'agro-tourisme. Certaines d'entre ellesont déjà été reconverties en salons de réception ou en buvettes », souligneAnne-Dominique Zufferey Périsset. Bâtir une guérite n'est presque plus possibleaujourd'hui. Le durcissement de la loi sur les constructions donne une valeurinsoupçonnée aux cabanes dans les vignes, et pourrait encourager leurspropriétaires à les restaurer et à les valoriser.

Voir égalementCabinet de vigne. 

« Guérites, cescabanes dans les vignes », éditions In Folio, 176 pages. Par Anne-DominiqueZufferey-Périsset, Charles-André Meyer, Augustin Schmid. Photographiesd'Étienne Roux.

Contact :Anne-Dominique Zufferey-Périsset, 078/770 04 66.

Photos sur www.museevalaisanduvin.ch ou sur demandepar mail à museeduvin@netplus.ch