Livraison offerte dès Fr. 300 d'achat ou 18 bouteilles, sinon Fr. 15

fufluns

Dionysos, né de la cuisse de Jupiter et dieu du vin
Gloria Lurati - © RomanDuVin 2005
Le vin a influencé fortement la vie de l'homme depuis l'Antiquité. En effet, le raisin est l'unique fruit de la Nature dont le produit, le vin, eut l’honneur d’un dieu rien que pour lui. Appelé Fufluns par les Étrusques, Dionysos par les Grecs et Bacchus par les Romains, le dieu du vin connaît différents noms, mais une figure s'impose, celle du grec Dionysos.
Selon la légende la plus accréditée, Dionysos naquit d'une aventure de Zeus avec la magnifique Sémélé. La femme de Zeus, Héra, poussée par la jalousie, insinua en Sémélé le soupçon que Zeus n'était en réalité qu'un horrible monstre. Sémélé supplia alors son amant de se laisser admirer dans toute sa splendeur. Mais la pauvre mortelle ne supporta pas la vue des éclairs entourant son amant et se mit à brûler comme une torche. Zeus arriva à sauver le petit Dionysos du ventre de sa mère. Il enferma l’enfant à l'intérieur de sa propre cuisse pour le protéger jusqu'au jour prévu pour la naissance. Trois mois plus tard Dionysos vint à la lumière parfaitement formé. Pour cette raison, il fut aussi appelé "celui qui naquit deux fois".
Pour échapper à la colère d'Héra, Dionysos fut d'abord déguisé en femme, puis Hermès le transforma en cerf. Il grandit dans la nature, entouré des nymphes sur le mont Nysa, et, à cet endroit précis, il vit, en se promenant, une étrange plante de laquelle pendaient des grappes de billes. Une idée lui vint à l’esprit: il les pressa, les laissa fermenter et en but le liquide. Il découvrit ainsi l'art de fabriquer le vin et fut adoré et célébré partout. Dionysos signifie en effet «Zeus de Nysa».
Devenu adulte, Dionysos parcourut le monde en obtenant des nombreux succès militaires. Lors de ses voyages à travers l’Égypte, l'Inde, la Syrie et la Grèce, Dionysos répandit la vigne et établit un nouveau culte. Celui-ci se célébrait dans toute la Grèce. Dans chaque ville, on trouvait un temple dédié au dieu du vin. Les célébrations les plus importantes avaient lieu en décembre (le mois de Poséidon) et on les appelait les Dionysies mineures. Il s'agissait de fêtes champêtres au cours desquelles on remerciait le dieu pour la récolte reçue et on lui offrait des hommages de toute sorte: figues, vin ainsi qu’un bouc à immoler. Après le sacrifice, on se déguisait et on mettait en scène des représentations mimant les origines du dieu et de la vigne. Il semblerait que ces spectacles, qui initialement ne dépassaient pas le rang de farce improvisée dans laquelle des masques représentaient les divinités de la terre et de la fécondité, soient à l'origine de la tragédie comme de la comédie classiques.
Durant le mois d'Artémis, Élaphêbolos, (mieux connu aujourd'hui sous le nom de mois de Mars) avaient aussi lieu d’importantes célébrations en l’honneur du dieu du vin: les grandes Dionysies ou Dionysies citadines, d’une durée de six jours. On y célébrait le triomphe du dieu sur l'hiver ainsi que la naissance du printemps, qui portait la fleuraison de la vigne. Pendant ces processions, des chœurs chantaient des dithyrambes composés expressément par les plus célèbres des poètes. Lors des festivités, des acteurs représentaient des œuvres théâtrales nouvelles devant une foule de Grecs et d'étrangers.
Mais on ne rendait pas seulement hommage à Dionysos à l'occasion des Dionysies. Les Grecs entamaient le dîner avec un apéritif lors duquel on buvait du vin aromatisé dans une grande tasse commune et ils terminaient le repas avec le Symposium, qui comprenait une libation à Dionysos. Avant le Symposium on choisissait un maître de cérémonie qui était chargé d'établir un sujet de conversation et la quantité de vin qu'on pouvait boire.
La représentation la plus courante de Dionysos adopte les traits d'un dieu du vin barbu et bien enveloppé, portant un manteau. Il porte une couronne de pampres et il tient le thyrse (bâton enlacé de lierre et de pampres), la patère (sorte de tasse employée pour les libations) ou plus simplement une grappe de raisin. Il est souvent représenté sur un bouc ou un âne, mais il s'amuse parfois à jouer avec une panthère domestiquée. Cette vision se retrouve surtout dans l'époque archaïque. Plus tard, on préférera représenter Dionysos comme un jeune éphèbe imberbe ou même comme un enfant.

Un site à visiter: