Livraison offerte dès Fr. 300 d'achat ou 18 bouteilles, sinon Fr. 15

Cotterd

Un peu mystérieux, voir au prime abord désuet, ce terme de cotterd exprime un charme suranné, un goût de terroir, tout en interpellant la mémoire et le savoir.Pour la Confrérie du Guillon et sa mission première d’illustration et de défense des vins vaudois, les cotterds illustrent en fait un des pans essentiels de ses activités. D’importants travaux préparatoires nous annoncent deux nouveaux cotterds probables, Tessin et Argovie, et c’est un réseau important pour l’économie vitivinicole de notre région. 

Qu’est-ce qu’un cotterd ? 

L’actuel et toujours sémillant Chancelier de la Confrérie, Michel Logoz, avait, en son temps, expliqué fort joliment le terme, et sa plume n’avait pas faibli :« À la fontaine où trempe la lessive, au four banal où se dore le pain, au coulage où tintent les boilles, les braves gens de nos villages romands s’assemblent, discutent, plaisantent, échangent recettes et potins … c’est le cotterd, d’où fusent les rires, où naissent les chansons, où se font et se défont les réputations, où bat le chœur de la communauté. »Que ce soit à la cave, au pressoir ou à la pinte, on refait donc le monde au cotterd, on débat et l’on retrouve ce « coude à coude » si cher à Jean-Pascal Delamuraz. Au fond, c’est tout ça le cotterd et nos amis d’Outre-Sarine, et peut-être bientôt d’Outre-Gothard, ne s’y sont pas trompés : par le verre de vin vaudois en main, par leurs retrouvailles dans plusieurs endroits de notre Confédération, par leur venue en terres vaudoises en sortie de cotterd, ils participent aux valeurs du Pays et soutiennent les démarches de la Confrérie du Guillon. 

La création des cotterds et des préfets 

C’est le 26 février 1957 que la Confrérie (née en 1954, rappelons-le) décidait la création de cotterds, par ville ou par région, avec un personnage important à la tête de chacun d’entre eux : le préfet, qui a rang de Conseiller depuis 1974. Portant en principe une robe brune et une cape violette, cet animateur-organisateur, rouage essentiel d’un cotterd, est choisi par les Conseils de la Confrérie parmi les Compagnons du Guillon de la région. Sa forte personnalité doit être reconnue autant au sein de la Confrérie que dans le groupe de Compagnons, dont il est l’expression et, dès lors, le représentant. 

Cet éminent ambassadeur des vins vaudois a comme mission d’animer et d’organiser pour sa région, en accord avec la Confrérie, qui lui délègue quelques Conseillers, et avec le concours de l’Office des Vins Vaudoise (OVV), diverses manifestations (events, comme on dit maintenant en vaudois…) propres à mettre en valeur les vins vaudois et à entretenir les liens avec l’esprit du Guillon. Depuis une bonne vingtaine d’années maintenant, la manifestation la plus significative et importante en est le « Guillonneur », soirée gastronomique et festive dont le moment fort est une sorte de Jean-Louis facilité, puisque l’on y déguste des vins présentés par leur producteur, et qu’il faut ensuite reconnaître en bouteilles chemisées.C’est ainsi que de Lucerne (le premier) au Jura (le dernier constitué), en passant par Fribourg, Berne, Bâle, Zurich et St-Gall, une Suisse des vins vaudois s’exprime et vit. 

Le rôle capital du Légat 

Dès le début, la Confrérie a confié à l’un de ses Conseillers, particulièrement doué pour les contacts et l’animation de réseaux, la gestion des cotterds et des préfets. Cet « agens in rebus », comme diraient les anciens, a la délicate mission de diriger les préfets, tantôt d’une main de fer dans un gant de velours, tantôt l’inverse, c’est selon. Ambassadeur itinérant, le Légat a certainement un des rôles parmi les plus difficiles dans les conseils, car il s’agit non seulement de vivifier le réseau, mais également de développer toujours plus les relations avec les cotterds existants, voire d’en instaurer de nouveaux. Enfin, ça doit fonctionner quoi !Nos différents Légats furent, dans l’ordre, Fernand Rouiller, Alain Bosset, René C. Bernhard, Martin Mathys, Jean-Marc Sauvant et, actuellement, André Linherr, véritable chef d’orchestre ambulant, organisateur efficace, amoureux des vins et de son pays. 

Les mailles d’un tissu rare 

Plus les années passent au sein de cette véritable famille qu’est la Confrérie, plus il apparaît comme évident que, parmi ses belles missions, l’entretien et le développement d’un tissu rare comme les cotterds, aux mailles finement mais fermement tissées, constituent un des fleurons du Guillon. Ouverture sur la Suisse, liens fédéraux véritables avec d’autres cultures, langues et mœurs, les cotterds sont les éclaireurs et explorateurs de la garde prétorienne des vins vaudois. 

Fabien LOI ZEDDA, Conseiller de la Confrérie du Guillon et Président du Musée vaudois de la Vigne, du Vin et de l’Étiquette (MVVVE).

Source : Les Maisons de Bricourt - Jane et