Livraison offerte dès Fr. 300 d'achat ou 18 bouteilles, sinon Fr. 15

bouteille

 

C'est apparemment au maître-verrier anglais, Robert Mansell, que l'onpeut attribuer la paternité, vers 1620, des premières bouteilles suffisammentsolides pour y conserver du vin, auparavant le verre n'était, à cause de safragilité, utilisé que pour des transvasements. Un autre verrier, Kenelm Digby,reprend l'idée et lance, dès 1645, la fabrication de verre de houille. Dès lafin du XVIIe siècle, ces bouteilles à l'anglaise sont introduites enFrance, notamment à la demande des producteurs champenois.

C'est au XVIIIe siècle que les premiersvins ont été mis en bouteilles qui étaient de forme irrégulière, généralementrondes et dotées d'un col  assezhaut. Leur contenance était de 85 centilitres environ. À l'époque on chiffraitla pinte ainsi : une pinte de Paris moins un demi verre - la pinte de Pariscontenait 95 centilitres.

Le liège était alors connu, d'ailleurs on l'utilisait depuis longtempspour obturer la bonde des tonneaux, mais pour les bouteilles aux goulots dediamètres variables, on ne parvenait pas alors à le comprimer pour l'introduiredans le goulot de la bouteille pour la rendre étanche.

La seule méthode efficace était l'emploi d'un bouchon de verre dont lesertissage à la poudre d'émeri assurait l'étanchéité. Au moment de l'ouverture,il fallait alors briser le goulot de la bouteille.

Mais ces bouteilles demeurent chères et assez fragiles et il faudraencore de nombreuses années et de nombreux essais avant que leur utilisation nese systématise. D'autant plus que, à ce moment-là, on ignore encore commentcomprimer le liège et le faire entrer dans le goulot de la bouteille, sans quecette dernière n'éclate...

La bouteille dans son sens général est un récipient en verre de 75 cl (enSuisse, souvent encore 70 cl) de contenance pour les vins d'appellationcontrôlée, dont la forme et la couleur varient selon les régions, paropposition au litre, récipient des vins courants. La taille de la bouteille,mise à part sa contenance qui s'adapte au nombre de convives, affecte aussi levieillissement du contenu. Le vin parvient moins rapidement à maturité dans ungrand contenant. À titre d'exemple, citons les bouteilles caractéristiquessuivantes : alsacienne, bordelaise, bourguignonne, champenoise, clavelin,corse. On peut reprocher une tendance récente chez les producteurs qui, pourmettre en valeur leur production, utilisent des bouteilles inédites, dont lafantaisie les éloigne de plus en plus des traditions locales. Cette tendancedéroute le consommateur. Parmi les petites bouteilles, voici quelques exemples: quart, fillette, demoiselle, topette, chopine, pot, désirée. Et dans les plusgrands contenants : litre, fiasque, dame-jeanne, magnum, double magnum,jéroboam, réhoboam, mathusalem, salmanazar, balthazar, nabuchodonosor, salomon,primat et melchisédech. Pour plus de précisions, voir sous chacun de ces noms,comme également sous "grands contenants".

Sitographie :