Free delivery from Fr. 300 of purchase or 18 bottles, otherwise Fr. 15

hydromel

Boisson alcoolique obtenue par fermentation du miel dans de l’eau, dosant environ 10 à 12% d’alcool. La fabrication n’étant pas réglementée dans tous les pays, l’élaboration est souvent faite à partir d’alcool, d’eau et de miel. Le résultat n’est pas toujours de qualité.

Lorsque l'hydromel est distillé, on le nomme alors eau-de-vie de miel. Selon la concentration du miel contenu dans le mélange initial, on obtient un hydromel sec, demi-sec ou moelleux qui font appel aux mêmes techniques de vinification que le vin blanc. De la même manière que le cépage influence le bouquet du vin, la sorte de miel utilisée influencera le goût et la couleur de l'hydromel. Aucune étude sérieuse ne semble avoir été réalisée au sujet des vertus fortifiantes attribuées à ce nectar.

Voir Chouchen (Bretagne) et Metheglin (Pays de Galles).

Le site sur l'Internet du spécialiste Jean Irubetagoyena en Pays Basque français, de la Société Kirikino ILARGIAN dont vous trouvez le lien en fin d'article, nous a servi de source pour améliorer la définition des hydromels.

Origine du mot hydromel

Le mot hydromel provient effectivement du latin « hydromeli », qui à son tour serait issu du mot grec plus ancien « hudromeli : hydro+meli » = eau+miel.

Les anglo-saxons différencient « l'hydromel » (ou encore « ydromel ») non fermenté du « mead » : boisson fermentée à base de miel et d'eau, mot également issu du grec « methu » : boisson fermentée.

Mais, les origines du mot hydromel sont sans aucun doute plus anciennes encore et proviendraient de l'Indo-Européen.

Je citerai à ce propos les travaux d'Alain de Benoist sur la parenté des principales langues Européennes, et notamment le passage suivant :

« Les indo-européens pratiquaient le filage, le tissage et aussi l'apiculture : il n'y a pas de mots communs pour l'« abeille », mais il y en a un (melit) pour le « miel », (...) d'où dérive en Balto-Slave d'une boisson intoxicante à base de miel, medhu (cf. : anglais mead) »*.

* Source : Alain de Benoist «Indo-Européen : À la recherche du foyer d'origine ».

Des vertus de l'hydromel

Connu depuis la nuit des temps, l'hydromel est reconnu dés l'Antiquité pour ses vertus bienfaisantes. En effet, les ouvrages des auteurs de l'époque abondent de mentions relatives à cette boisson.

On lui attribue des vertus de boissons fortifiantes et de « longue vie ».

 « Pythagore lui prêtait la vertu d'allonger la durée de la vie humaine.(...) ? Le médon et mélikraton étaient des boissons roboratives à base de miel fermenté. »*

Pline l'Ancien, dans son ouvrage « Historiae Naturalis », y fait de nombreuses allusions et recommande sa consommation.

Enfin, citons Hypocrate qui considère que l'hydromel possède des vertus détersives et diurétiques :

« L'hydromel, quand, dans une maladie aiguë, on le fait boire tant qu'elle dure; est en général, moins convenable aux affections bilieuses où à celles dont les viscères sont le siège d'engorgements inflammatoires, qu'aux affections qui ne présentent rien de pareil. Il altère moins que le vin doux, par cela même qu'il adoucit les voies respiratoires, qu'il active modérément l'expectoration, et qu'il calme la toux, possédant une vertu détersive (...).

Il jouit aussi de propriétés diurétiques suffisantes, à moins, qu'il n'y ait dans les viscères, quelque obstacle à l'administration du miel (...). »**

Il n'est guère étonnant auquel cas que la pharmacopée traditionnelle y fasse souvent allusion.

* Source : « Les animaux dans l'Antiquité grecque » page 258 par Jacques Dumont / Éditions L'Harmattan /2001.

** Source : Œuvres complètes - d'Hippocrate (Page 339), Émile Littré - 1840.

Depuis la nuit des temps, l'homme sait fabriquer l'hydromel, liqueur ancestrale, boisson des dieux de l'Olympe en Grèce et des druides en Gaule. Les Gaulois considéraient l'hydromel comme la boisson par excellence, créant force et gaieté. Chez Astérix, le Gaulois, le druide en utilise pour sa potion magique. Les Francs supposaient que dans leur paradis, le Wahalla, ils mangeraient du sanglier et boiraient jusqu'à l'ivresse de l'hydromel, versé par des nymphes vierges, les Walkyries. Les Grecs nommaient l'hydromel  "ambroisie", signifiant immortel. La lune de miel proviendrait de l'hydromel, selon la coutume du Nord de l'Europe, voulant que les jeunes époux boivent quotidiennement de l'hydromel, durant la première lune suivant le mariage.

Précisons qu'en France, ces produits sont soumis à législation (décret du 2 Mai 1911) qui précise à l'article 1 : « Aucune boisson ne peut être détenue, transportée en vue de la vente, mise en vente ou vendue sous le nom "d'hydromel", que si elle provient exclusivement de la fermentation d'une solution de miel dans l'eau potable. »

La législation ne permet pas d'équivoque, et dans le cas de tout autre produit qui serait incorporé dans la boisson, celle-ci ne devrait être alors commercialisée sous le nom d'hydromel. Nous pouvons donc certifier que l'hydromel est bien "un vin de miel", élevé à ce titre avec tous les soins qu'un bon vigneron apporterait à un vin de qualité.

Hydromel en anglais : mead.

Autres renseignements sur le site de l'Internet, au lien :