Kostenlose Lieferung ab einem Einkauf von Fr. 300 oder 18 Flaschen, sonst Fr. 15

Dégustation (science exacte ?)

Assurément non, la dégustation ne peut être considérée comme une science exacte, surtout si l'on se contente des appréciations de quelques spécialistes, pris individuellement. Les conditions dans lesquelles se déroule l'exercice, l'environnement changeant, le fait de déguster, par exemple, dans une salle neutre, ou dans l'ambiance sombre d'une cave, les facteurs psychologiques, la connaissance ou non du vin, l'état de santé, la motivation, l'intérêt, les préférences personnelles, l'expérience et le passé de chacun, etc., sont autant de facteurs qui induisent des différences d'appréciations qui faussent les résultats, même chez les plus grands palais.On pourrait citer les mêmes inconvénients à propos du vin lui-même, d'humeur aussi changeante que celle du dégustateur. Chaque vin passe par une phase d'ouverture ou de fermeture et reste sensible aux effets de la température, de la pression atmosphérique, des conditions de conservation, voire même de l'influence de la lune et autres effets. 

Le dégustateur comme le vin sont des organismes vivants. Comment dans ces conditions, dégager une hiérarchie de saveurs, de bouquet, de longueur compréhensible de manière identique, honnête et aussi proche de la vérité pour le grand public ? 

La seule approche consiste à rassembler les commentaires, les opinions pour synthétiser les résultats des dégustations de plusieurs personnes d'un horizon spécialisé (œnologues, journalistes, producteurs, œnophiles compétents, etc,), à des moments différents de la vie du vin, avant ou après assemblage, à la mise en bouteilles et plus tard, après mûrissement du vin. 

En revanche, ce qui peut être déterminé avec précision, ce sont certains défauts, permettant d'écarter le vin qui en présenterait.