Livraison offerte dès Fr. 300 d'achat ou 18 bouteilles, sinon Fr. 15

Cavesa le CAVE, le club des amateurs de vins exquis

Silice des Ardoisières, un blanc savoyard estival et vibrant !

21 août 2022

Silice des Ardoisières, un blanc savoyard estival et vibrant !

Le domaine des Ardoisières a été créé en 1997, sous l’impulsion de Michel Grisard, qui souhaitait faire revivre le coteaux de Cevins, lui qui voyait ces vignes quand il était enfant depuis la cour de l'école. Plusieurs années se sont écoulées entre le démarrage du projet et les premiers coups de sécateur. Il aura fallu abattre les bois qui occupaient les parcelles, planter la vigne et attendre encore, pour voir les premières grappes de raisins. Après cinq années de travail acharné, 2002 est l’année de la première production. Avec ses 22 hl, elle est quasi anecdotique, mais le projet est lancé.

C’est l’année suivante qu’a eu lieu la rencontre avec Brice Omont, ingénieur agronome de formation, aujourd’hui régisseur du domaine. Champenois d’origine, il cherchait à s’installer sur des terres propres où il pourrait conduire ses vignes en biodynamie. Entre les deux hommes, le courant passe, leur vision du travail des sols et de la vinification est alignée. Michel Grisard propose alors à Brice Omont de s’associer pour 10 ans. Finalement, en 2010, Brice devient le gérant, Michel prend sa retraite.

En dix ans de collaboration, les deux compères ont planté de nombreux cépages, parfois venus d’ailleurs et ramenés de leurs voyages, parfois autochtones, certains parmi les grands classiques de Savoie, d’autres beaucoup moins connus. Pour les blancs, il s'agit de jacquère, roussanne, altesse, mondeuse blanche, chardonnay et malvoisie. Et pour les rouges, mondeuse noire, gamay et persan.

Brice Omont conduit aujourd’hui 13 ha de vignes en biodynamie. Le domaine jouit d’une grande diversité de sol sur deux coteaux (Cevins et Saint-Pierre-de-Soucy) : roche métamorphique de type micaschiste, sol limono-sablonneux et rarement argileux pour le coteau de Cevins ; roche sédimentaire, marnes schisteuses du jurassique, sol argilo-calcaire pour le coteau de Saint-Pierre-de-Soucy.

Les vendanges sont réalisées à la main. Pour les blancs, elles sont faites en plusieurs fois, en fonction des maturités des différents cépages et de leurs caractéristiques propres. Suit un débourbage léger à froid, puis les moûts sont entonnés en cuve ou en fûts selon les cuvées. C’est là qu’a lieu la fermentation alcoolique, à l’aide de levures indigènes. La fermentation malolactique n’est pas réalisée systématiquement et les vins sont ensuite élevés 9 à 18 mois avant d’être soutirés et mis en bouteilles. Pour les rouges, les vendanges se passent de la même manière qu’avec les blancs. Ensuite, les raisins sont mis en cuve ouverte sans égrappage (vendange entière), avec le souci de préserver au maximum leur qualité. La fermentation alcoolique s’effectue avec des levures indigènes propres au raisin de chaque parcelle. Le décuvage et pressurage est réalisé après deux à trois semaines de macération, selon les millésimes. S'ensuit la fermentation malolactique, puis l’entonnage des vins en cuve ou en fûts, où ils séjourneront de 9 à 18 mois. Les vins qui en résultent sont au sommet et sont célébrés comme tels.

Depuis peu, le domaine a créé la Maison des Ardoisières, une structure de négoce visant à proposer des vins à des prix plus accessibles que ceux du domaine. Brice Omont achète ainsi des raisins bio (parfois qu'il cultive lui-même) à des domaines voisins et amis (nombre d'entre eux font partie des Pétavins), puis les vinifie et les élève selon son cahier des charges. Le vin aujourd'hui proposé en résulte.