Livraison offerte dès Fr. 300 d'achat ou 18 bouteilles, sinon Fr. 15

Thierry Navarre : des Saint-Chinian qui pinotent !

14 janvier 2024

Thierry Navarre : des Saint-Chinian qui pinotent !

Thierry Navarre représente la troisième génération d’une famille de vignerons languedociens. Lorsque il commence à travailler avec son père, il passe par l'école d’agriculture à Pézenas puis à Béziers. Là, il n'est guère emballé : ni par l’apprentissage des techniques liées à l’apparition de la machine à vendanger, ni par les renouvellements du vignoble induits par son utilisation. Dans les années 1980, dans la perspective de la création des AOC Coteaux-du-Languedoc puis Saint-Chinian, sont plantées les premières syrahs « obligatoires », à partir de plants greffés soudés certifiés, dont son père doutait fort qu’ils puissent pousser correctement dans les sols secs et arides de la région. Thierry a été bercé par cette approche de la viticulture, éduqué aux greffages des cépages et à leur aptitude à exprimer les sols de schistes du terroir de Saint-Chinian. C’est alors qu'il rencontre le professeur Daniel Domergue, grand connaisseur des cépages du Languedoc et de leur histoire, qui le conforte dans l’idée de maintenir la diversité en place, voire de l’accroître. Il est passionné de pratiques culturales respectueuses de l’équilibre du végétal, sans recours à un quelconque produit et avec le respect de la terre, des cycles et saisons.

Le domaine compte aujourd'hui douze hectares de vignes plantées sur de grandes terrasses de schistes bruns. L’environnement est un cirque de petites montagnes couvertes de chênes verts, d’arbousiers, de bruyères, de cistes, de romarin et de thym. Le paysage est un joyau du Haut-Languedoc. La culture de la vigne se fait dans le respect de la terre, des cycles, des saisons. Les méthodes de culture ne comportent pas de produits chimiques mais du compost, des préparations naturelles, des infusions de plantes, du purin d’orties, avec labour et binage des sols. Les vendanges sont manuelles, en petites équipes de 7 personnes. Les vinification se font - pour les rouges - sans soufre, en levures indigènes, via des macérations longues. Les élevages ont lieu selon les cuvées et cépages en cuves, fûts et/ou foudres, mais alors sans apport de bois neuf, uniquement via des contenants qui ont vu défiler plusieurs vins. Le résultat est sincèrement éblouissant de finesse, à cent lieues de l'image que l'on a des vins du Languedoc : les crus sont floraux, très parfumés, digestes, ils évoquent des équilibres septentrionaux, se laissant approcher jeunes mais vieillissant néanmoins à merveille... pour ceux qui savent les attendre (sic) !