Livraison offerte dès Fr. 300 d'achat ou 18 bouteilles, sinon Fr. 15

Cavesa

Adrien Berlioz, le Petit Prince de la Savoie !

13 mars 2022

Adrien Berlioz, le Petit Prince de la Savoie !

Nous côtoyons ce jeune vigneron depuis déjà dix ans et le niveau actuel de sa cave nous fait dire qu'il rejoint progressivement celui de son ami jurassien, Jean-François Ganevat, avec bien sûr toute sa personnalité, l'originalité de ses cépages et la vibration de se terroirs. Si vous ne le connaissez pas encore, il est temps d'y remédier car un jour, nous devrons contingenter ses vins...

C'est en 2006 qu'Adrien Berlioz s'installe à Chignin, village pittoresque et capitale viticole savoyarde, en fondant le Cellier des Cray. Fils de vigneron et cousin du célèbre Gilles Berlioz, c'est sa famille qui lui cède ses premiers rangs de vigne, notamment l'une de ses grands-mères.

L'entièreté du domaine est certifiée en culture biologique grâce au label Ecocert depuis 2012 et désormais, même en biodynamie. Le finage de Chignin est composé de moraines glaciaires sur socle argilo-calcaire. Sur ces sols, Adrien oeuvre pour accoucher de grands vins de terroir en respectant ses vignes et ses équipes. Avec 5 ha, il ne veut en aucun cas agrandir les surfaces, pour se concentrer sur l'essentiel. Il garde ainsi la main sur les étapes de la vie du vin, de la vigne et de la cave.

À la vigne, le domaine compte maintenant 13 unités parcellaires bien définies. Chaque micro-terroir correspond ainsi à une cuvée spécialement vinifiée dans le sens du lieu. L'encépagement se concentre en rouge sur la mondeuse et le persan, pour les blancs il s'agit bien sûr de jacquère, mais aussi de pinot gris, de chardonnay, d'altesse et bien sûr également de bergeron, nom local de la roussanne. 

Aux chais, les blancs sont vinifiés en cuve afin de conserver au maximum la pureté du terroir, sans artifice. Les malolactiques sont toujours réalisées et les fermentations alcooliques sont déclenchées grâce aux levures indigènes. Pour les rouges, l'égrappage est partiel selon les millésimes et l'élevage se fait en demi-muids directement récupérés chez un très grand vigneron jurassien. L'utilisation du soufre est minime, avec un léger apport à la vendange, puis lors de la mise en bouteille. C'est aussi simple que ça.