Livraison offerte dès Fr. 300 d'achat ou 18 bouteilles, sinon Fr. 15

Cavesa le CAVE, le club des amateurs de vins exquis

Anjou Litus d'Eric Morgat, un chenin qui vibre et qui claque !

4 décembre 2022

Anjou Litus d'Eric Morgat, un chenin qui vibre et qui claque !

Issu d’une famille vigneronne à Beaulieu-sur-Layon, Eric Morgat est âgé de 25 ans lorsqu’il décide en 1995 de voler de ses propres ailes et donc créer son domaine viticole, en achetant des parcelles en friche ou d’anciennes vignes à l’abandon sur quelques-uns des plus grands terroirs de Savennières. Mû par une passion dévorante pour le chenin et les coteaux volcaniques et schisteux qui surplombent la Loire, il va ainsi pouvoir se lancer dans sa quête d’absolu, celle des grands vins de garde.

En plus de ce travail titanesque de défriche et replantation, il a mené de longues et fastidieuses recherches pour identifier et faire vivre différentes sélections massales de chenin. Sa parcelle du Clos Ferrard constitue en elle-même un véritable conservatoire du cépage : pas moins de 37 souches y cohabitent. Il dispose ainsi d’un patrimoine d’une qualité exceptionnelle, sur les meilleurs terroirs de schistes de Savennières, qu’il s’agisse des schistes verts de la Roche-aux-Moines, ou des schistes gréseux exposés au levant du Clos de La Pierre Bécherelle, pourtant resté en friche plus de 70 ans. De ce fait, la culture biologique et l’enherbement naturel sonnent ici comme des évidences !

Mais loin de se reposer sur ses lauriers, Eric Morgat n’a jamais cessé d’aller de l’avant. 2015 a donc vu la naissance d’une cuvée parcellaire, fruit d’un projet remontant à 2001, lorsqu’il découvre le formidable terroir du Clos Serteaux, qui n’est encore qu’une abrupte friche boisée, descendant vers un éperon rocheux à l’aplomb de la Loire. 15 ans plus tard, la vigne produit ici une des expressions les plus racées, puissantes et abouties du chenin ligérien. Aussi, en 2019, c’est une nouvelle cave, plus grande et surtout plus fonctionnelle, qui accueille sa première vendange et lui permet d’affiner ses longs élevages.

Revenons enfin sur le millésime 2018, que nous vous proposons aujourd’hui. Si Eric et son équipe ont dû se battre contre la pression incessante du mildiou durant un printemps humide, la saison végétative s’est ensuite avérée bien plus calme et sereine. Le bel été, plutôt sec et ensoleillé, a permis au chenin d’atteindre des maturités parfaitement abouties, sans souffrir de stress hydrique. Au final, c’est un superbe raisin qui a été vendangé autour du 10 septembre : les baies étaient juteuses et dotées de superbes maturités physiologiques et aromatiques. Une matière première idéale pour un grand millésime.

Voilà donc un grand vigneron idéaliste, qui a poussé la réflexion de sa viticulture, de son parcellaire et du vin de Savennières à son paroxysme, afin de produire non pas des grands vins de nez, mais bien des grands vins de bouche, d'une originalité de saveur et de texture folles, qui ne ressemblent à aucun autre au sein de l'appellation. Ajoutons qu'il est coaché par Fabien Duperray, qui a également contribué à l'émergence de grands vignerons tel Arnaud Ente ou encore Christophe Perrot-Minot et vous comprendrez que ses crus ont tout pour devenir cultes. Prenez donc le train sans attendre !